Danny Birchler

Propriétaire et Directeur de PilatesCare GmbH

INTERVIEW DU MOIS

NOUVELLES DE LA SUISSE ALÉMANIQUE, UN PARCOURS ÉTONNANT D’UN HOMME ÉTONNANT, ENTREPRENEUR DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ.

 

Lk : Danny, nous nous connaissons depuis l’époque de SAFS, il y a pas mal d’années. Depuis cette période tu as gravis de nombreux échelons. Comment cela s’est-il passé ?

DB : Depuis 16 ans je pratique la méthode Pilates. A l’époque je travaillais dans une banque. Les exercices Pilates et le renforcement musculaire me permettaient d’équilibrer mon corps victime des trop longues heures assises au bureau. De plus en plus je prenais conscience que le sport et le mouvement me donnait de belles satisfactions. Je décidais donc de changer de métier. Pour me rapprocher de ce monde j’ai travaillé dans l’administration de SAFS AG (SWISS ACADEMY OF FITNESS AND SPORTS) et commencé à animer des cours Pilates. En parallèle j’ai suivi une formation en rééducation et enseigné le Pilates dans un cabinet de thérapie. L’idée d’appliquer les principes classiques de Pilates en rééducation en y adaptant les exercices m’est venue. J’ai conçu le PilatesCare-Technik en intégrant le principe de sécurité pour les patients. Il y a maintenant 12 ans de cela ! Le concept maintenant sur pied j’ai commencé à enseigner la formation PilatesCare dans une école spécialisée en thérapie. Avec ma collègue Martina Limacher nous avons aussi ouvert notre studio Pilates & Yoga à Zürich. La promotion de la santé et surtout la combinaison corps-psyché me fascinait de plus en plus. C’est ce qui m’a motivé à entamer avec beaucoup d’entrain des études de psychologie sanctionnées par un Bachelor en psychologie appliquée avec la spécialité psychologie de l’organisation du travail. De nos jours la prévention de la santé et le recours à la psychologie dans l’organisation du travail sont des sujets de première importance. Répondre à la question : « comment fonctionne l’être humain » était une des raisons de mes études de psychologie.

LK : PilatesCare® - peux-tu nous parler de son contenu ?

DB : La méthode PilatesCare s’est développée au cours des 10 dernières années dans les domaines de la rééducation et de la prévention en tenant compte des aspects cliniques de la thérapie. Ceci pour soutenir et compléter diverses thérapies et formes de sport.

La méthode PilatesCare propose un concept sensé et structuré d’exercices à pratiquer sur un tapis, une chaise ou une table de traitement. Nous accordons beaucoup d’importance à ce que les mouvements PilatesCare soient pratiqués lentement, précisément et de façon contrôlée afin de renforcer en toute sécurité la musculature profonde du dos et de la ceinture abdominale. Pour arriver à ces buts nous intégrons entre autres volontiers la bande latex TRIDEX®. Ceci nous permet de affiner la rééducation et de mieux viser les muscles concernés.

L’appareil « Stabilizer BioFeddback », en plus de stabiliser le bassin et la musculature abdominale, aide à contrôler la nuque, trop souvent délaissée.

Notre team de formateur PilatesCare® est formé de physiothérapeutes, thérapeutes manuels et d’un médecin.

LK : PilatesCare® sonne plutôt « thérapie » que fitness, est- ce vrai ? Votre enseignement s’adresse-t-il plutôt aux spécialistes du domaine de la santé? que faut-il comme prérequis ?

DB : Nos formations s’adressent aux spécialistes des domaines médicaux, thérapeutiques et du secteur des soins. Une formation dans ces domaines est une condition. Notre définition est « Pilates clinique pour la thérapie » qui peut être appliqué aussi à l’entraînement préventif en petits groupes

LK : Dans le domaine Pilates il y a une foison d’offre de formations. Quels sont les critères à suivre pour être sûr d’avoir à faire à une formation sérieuse ?

DB : Nous, en tant qu’institut de formation PilatesCare avons une certification eduQua et diverses collaborations avec des associations comme par exemple RME (Registre de Médecine Empirique) et ASCA (fondation suisse pour les médecines complémentaires). Cela prouve que nous offrons des formations de première qualité.

LK : En tant que « client » je dois être sûre que les enseignants et instructeurs sont du meilleur niveau. Comment en être convaincue ?

DB : Il y a des critères précis. Par exemple la reconnaissance des cours Pilates dans le cadre des assurances complémentaires par les caisses maladies ou la possession par le centre Pilates des labels EMfit ou Qualicert. Nos instructeurs Pilates, dans la majorité des cas physiothérapeutes, sont publiés sur notre site uniquement s’ils suivent au moins une formation complémentaire Pilates par an. C’est le moyen de conserver le niveau de PilatesCare au plus haut. La recommandation du thérapeute par un médecin est aussi un bon critère.

LK : Comment a évolué le secteur Pilates ces dernières années ?

DB : En fin de compte Pilates ne peut plus évoluer mais il existe de nouvelles formes d’association. Il est important de constater que l’on ne s’entraîne plus comme il y a 15 ans. La sécurité est devenue un élément primordial. Pilates est considéré comme plus crédible. La technique est plus précise, on insiste pour que les exercices soient effectués de façon correcte pour renforcer la musculature profonde et améliorer la stabilité du tronc. L’association Pilates Methode of Alliance PMA est une institution mondiale.

LK : Danny, tu es actif dans divers secteurs de la santé. Peux-tu préciser ?

DB : En plus de mon activité de directeur et chef de la formation de PilatesCare® je suis conseillé dans le secteur de la promotion de la santé sur le poste de travail. Divers articles de presse comme par exemple un article important dans la NZZ (Neue Zürcher Zeitung) pour profiter des techniques Pilates au poste de travail ont paru. Pour la compagnie SWISS j’ai conçu en mars 2016 un programme, le Wellbeing an Bord avec des exercices Pilates pour les passagers. J’ai aussi développé une App Pilates assis au bureau.

Voir sur www.pilatescare.ch/power/

LK : La promotion de la santé en entreprise, beaucoup en parlent. Sur le terrain ça ne bouge pas encore beaucoup. Qu’en penses-tu ?

DB : Pour mettre en route ce genre de projets il faut un investissement financier conséquent. De nombreuses recherches avec des collaborateurs d’entreprises ont été effectuées. Aujourd’hui il existe dans les grandes ou moyennes entreprises un grand nombre de programmes de promotion de la santé. Par contre je constate que d’une façon ou d’une autre le succès est mitigé. Trop de collaborateurs ne se soucient de leur santé que quand il est presque trop tard. On ne peut forcer personne à accepter de faire quelque chose pour sa santé. Il est difficile de trouver le concept de santé adapté. Ou il n’y a chez l’individu aucun problème de santé, ou ce n’est pas nécessaire ou il y a un problème de temps ou d’argent.

Chaque entreprise a sa propre culture. Il faut d’abord l’analyser et ensuite mettre sur pied un programme spécifique et le présenter. La direction de l’entreprise doit jouer le rôle d’exemple et soutenir le concept « santé sur le poste de travail » afin que les collaborateurs soient convaincus et participent. Les collaborateurs ne pensent pas toujours comme la direction.

Responsable n’est pas seulement le travail mais aussi le comportement personnel et le style de vie. Il faut ici faire très attention. Il n’y a pas que le travail qui rende malade. Il faudrait mieux analyser et constater où se trouvent les difficultés dans l’entreprise. Le travail, le concept ou le management ? Comme chaque individu est unique il est complexe de trouver des réponses. Certaines entreprises proposent de magnifiques programmes-santé qui ne sont malheureusement que peu mis en pratique. Et quand on propose une enquête de satisfaction interne sur les sujets « santé à la place de travail » ou « bien être à la place de travail » les réponses ne correspondent pas toutes à la vérité ou ne sont pas cohérentes.

LK : Si nos lecteurs veulent en savoir plus sur ton activité, tes concepts ou ton enseignement, où doivent-ils s’adresser ?

DB : Sur le site www.pilatescare.ch on peut se renseigner sur le concept et les formations. Nous sommes aussi disponibles par téléphone. On peut aussi commander la brochure de formation. Sur notre site on trouve aussi les instituts, cantons par cantons, offrant des prestations PilatesCare.

LK : Danny, comment vois-tu l’évolution du thème Pilates dans le futur ?

Odoo CMS- Exemple d'image flottante

DB : Il y a 15 ans je pensais qu’il s’agissait d’un trend! Pilates s’est imposé sur une large échelle et au niveau mondial. Aussi parce que la sécurité, la technique et la confiance s’est développée est améliorée.

Dans le futur Pilates a encore du potentiel, surtout dans les domaines du Fitness, de la rééducation, du renforcement du dos et de la prévention. Ce qui est sympa c’est qu’on peut pratiquer Pilates avec peu ou pas de matériel. Cela va rester un gros sujet.

Pilates a été conçu au début du vingtième siècle par Joseph Hubert Pilates et approche de son centenaire. Si la méthode est appliquée rigoureusement elle peut se développer dans le futur.

LK : As-tu des projets en route?

DB : Depuis 2017 les formations PilatesCare, sous leur propre Label PilatesCare, ont été reconnues et sont proposées par les instituts de formation Schulthess Klinik Zürich et Haute école spécialisée bernoise BFH, ce qui est gratifiant.

Il faut être constamment en mouvement et ne pas se reposer sur ses lauriers. Il n’y a que comme cela que l’on se développe.

LK : Danny, un grand merci pour cette discussion stimulante. J’espère que tu feras des émules.

Broschüre 2017 

en allemand

Web

 

"10 Jahre Jubiläum"

offre spéciale Vistawell

App